Stéphanie Hajjar: “Foncez, il n’y a pas d’opportunités sans risque !”

Posted on Posted in Interviews

PhotoStephanieAprès 20 ans passés dans le marketing, le business développement et l’innovation dans les secteurs « food and beverage », l’internet et les télécommunications (United Distillers, Délifrance, Bouygues Telecom, Magicmaman, SFR), Stéphanie Hajjar a crée une nouvelle manière de voyager, celle de faire partager des savoir-faire, des connaissances, des anecdotes de passionnés … un voyage de l’intérieur en quelque sorte. En septembre 2013, elle lance WonderfulTime.

Voici le récit de notre interview avec Stépahnie Hajjar, CEO de WonderfulTime, où elle nous explique son idée de créer WonderfulTime, ses difficultés rencontrées durant la création de son entreprise et ses conseils pour les femmes qui souhaitent créer leur entreprise.

TNW : Qu’est-ce que vous avez appris au cours de la création de votre entreprise?

SH : Le plus sympathique est l’aspect tangible de l’entrepreneuriat comme l énergie dépensée à bon escient, le côté mesurable et la construction par étape non polluée par des heures de réunions et de slides inutiles. Et dans le cas particulier de Wonderful Time, de belles rencontres avec les talents et partenaires.

Le plus formateur est tout d’abord le rapport au temps. Cela reste vrai mais l’entrepreneuriat est avant tout un marathon et non un sprint et quand on court le marathon on comprend bien la formule, même si ce n est pas simple de l appliquer au quotidien Le bon timing est difficile à trouver; qu’il s’agisse du marché des clients ou des partenaires c’est ce qu’il a de plus difficile à appréhender et il faut compter sur la chance parfois. Si c’était à refaire, j’aurais lancé un “minimum viable product” pour tester vite, faire simple. C’est compliqué mais vital. Enfin, je trouve qu’il est important de rester focus et de ne pas se décourager ; une bonne nouvelle arrive très vite après une mauvaise. Rien n’est linéaire mais les surprises peuvent être belles.

TNW : Quelles sont les raisons qui vous ont décidé à vous lancer dans la création de WonderfulTime?

SH : En Corée il y a deux ans, il était difficile pour moi de cerner le pays et les coréens. Les rencontres ont tout changé. Un « Food Tour » m’a donné l’idée de l’expérience. Je me suis rappelé que les meilleurs souvenirs de mes voyages étaient toujours passés par des rencontres.  Cela m’a pris plus d’un an pour me lancer. Le temps de finir mon cursus a l’Insead et de boucler un beau projet de transformation chez SFR en parallèle de mon job de directrice de l’Innovation. Mais je crois que l’essentiel est le cheminement personnel, c’est probablement l’étape qui suppose le plus de maturation pour passer de l idée au lancement. C’est le grand saut pour beaucoup d’entre nous, surtout quand on vient d une grande organisation et qu’on a un job très intéressant. Mon accompagnement auprès d entrepreneurs sur mon temps professionnel et personnel m’a probablement donné l’envie de passer de l’autre côté et d’entreprendre a mon tour.

TNW : Quels sont les points forts de votre business? Quel est votre business model ?

SH : WonderfulTime répond à une tendance forte chez les voyageurs de vivre un pays comme un local. En ce qui concerne les activités contrairement du logement (Airbnb et Consort), il y a encore tout à construire. Le marché est très atomisé et les usages devancent les propositions. Les acteurs du tourisme restent sur de la vente de packages basiques mais le tourisme de masse évolue vers le tourisme par l’expérience, les comportements des voyageurs changent très vite. Autre force, nous avons construit un réseau de talents hors pair : 40 à date en France, d’autres sont à venir dans d’autres capitales européennes avec des gens reconnus dans leur discipline et doués pour partager leur passion et leur savoir-faire. Ils maîtrisent le français et l’anglais pour tous et de nombreuses autres langues pour certains. La plupart ont travaillé avec une clientèle exigeante ou au sein de maisons de luxe, beaucoup ont vécu à l’étranger. Tous sont animés par la curiosité et la rencontre. Enfin la manière de concevoir et décrire les expériences, de mettre en avant les talents et leur savoir faire et d’utiliser le digital pour remettre l’humain au centre. Nous avons un modèle d’intermédiation ; nous prenons une commission sur les expériences.

TNW : Comment trouvez-vous vos talents ? Qui peut proposer son talent ?

SH : Par le réseau puis le réseau du réseau… Maintenant nous sommes contactés par des experts qui proposent leur service ou carnet d’adresses dans différents domaines. En Europe, nous avons la chance d’avoir de nombreux talents et savoir-faire. Beaucoup d’entre eux ne sont pas encore en ligne mais sont consultés sur des prestations ad-hoc. D’autres sont réservés à notre activité « Corporate/Evènementiel ». Dans l’absolu tout expert ayant un savoir-faire peut postuler, nous sommes en revanche très sélectifs sur le recrutement de nos talents, rien n’est laissé au hasard pour satisfaire nos clients.

TNW : Comment vous différenciez-vous par rapport à la concurrence?

SH : L’expérience n’est pas simplement une activité, un lieu, un cours, un tour comme beaucoup d’acteurs se contentent de proposer. Une expérience c’est avant tout un talent, une personne inspirante dans un domaine qui fait découvrir au voyageur la gastronomie, le vin, la mode ou l’art de vivre à la française dans un lieu magique avec des anecdotes et de la surprise. Un voyage dans le voyage en quelque sorte…avec de belles rencontres: d’où notre signature: « unique journeys, inspiring people ».

TNW : Quelle est votre plus grande réussite jusqu’à présent (dans votre business) ?

SH : En ce qui concerne les voyageurs, notre grande satisfaction est l’enthousiasme de nos clients après une expérience WonderfulTime. Pour ce qui est de nos partenaires, c’est la signature d’un contrat avec un grand réseau américain d’agences de voyage haut de gamme. Côté talents, c’est la mobilisation d’experts de talent car le concept séduit. Ils se reconnaissent dans WonderfulTime et finalement se réenchantent eux aussi par la rencontre.

TNW : Quels sont vos conseils pour les femmes qui souhaitent créer leur entreprise?

SH : Foncez ! Prenez des risques, il n’y a pas d’opportunités sans risque. Entourez-vous pour les conseils, l’effet miroir et l’encouragement. Faites-vous confiance. L’entrepreneuriat est une source d’épanouissement et à tout âge. Moins de 30 ans avec du temps et des aides mais aussi au-delà de 40 ans, avec l’expérience tout est plus simple et on peut s’investir pleinement dans une start-up, avec 3 enfants, des hobbies et une pratique sportive régulière….

TNW : Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

Les rencontres nourrissent. Les univers créatifs donnent des idées. Les talents inspirent. Continuer à apprendre est un moteur et j’ai plaisir pour ma part à écouter, regarder ou lire Miyazaki, Kurosawa, Murakami, Michel Serre, Tim Ferriss, Jeff Bezos…pour innover.