Marie Schneegans, fondatrice de Never Eat Alone et [Freespace]

Posted on Posted in Interviews

Marie Schneegans (1)Marie Schneegans est étudiante en ingénierie financière et économie appliquée à Paris Dauphine et l’Université Goethe à Francfort. Elle est actuellement en dernière année de double bachelor. En parallèle, à 21 ans, elle a créé deux projets : Never Eat Alone, une application facilitant la rencontre entre collègues en entreprise, et [Freespace], un lieu collaboratif éphémère artistique à Paris. Marie Schneegans a également participé à des concours startup comme le startupbus et startupbootcamp.

Nous avons parlé avec Marie Schneegans de son idée de créer Never Eat Alone, ce qui été le plus difficile durant la création de son projet. Elle nous donne également ses conseils pour les femmes qui souhaitent créer leur entreprise.

TNW : Comment avez-vous eu l’idée de créer Never Eat Alone ?

MS : L’été dernier, en même temps d’avoir ouvert l’espace [Freespace] à Paris, j’étais en stage au siège de UBS à Zürich en gestion de fortune. Il est difficile pour un/une stagiaire de rencontrer rapidement des personnes en dehors de son département.  Pourtant, j’avais envie de rencontrer des gens pour échanger des idées et pour optimiser mon efficience au sein de l’entreprise. J’ai donc eu l’idée de créer l’application mobile Never Eat Alone dans le but de connecter les employés des différents départements des grandes entreprises afin de profiter des pauses déjeuner pour développer l’échange de connaissances.

TNW : Quelle difficulté avez-vous rencontré lors la création de votre entreprise ?

MS : Ce qui est le plus difficile est constituer la bonne équipe avec des talents variés, complémentaires, ouverts, prêts à s’engager avec passion. Se faire entourer de personnes franches, ouvertes est capital pour réussir son business. Sinon, gérer sa vie d’étudiante avec le suivi de 2 projets professionnels demande beaucoup d’engagements et de sacrifices… je n’ai guère gouté aux délices des nuits parisiennes….Ma devise est: quant on veut on peut…. Le statut étudiant entrepreneur m’a aidé à avoir un emploi du temps aménagé et l’appui d’un mentoring.

TNW : Quels sont les points forts de votre business ? Quel est le business modèle ?

MS : Le point fort de Never Eat Alone est d’améliorer la communication en entreprise en créant des liens entre collègues. En conséquence cela stimule la créativité et l’intelligence collective au sein de l’entreprise et par voie de conséquence augmente la satisfaction des équipes. C’est aussi une source de recrutement interne pour des projets ou des changements structurels. L’application est gratuite pour les employés. Notre mode de revenus est un abonnement forfaitaire, 1 euro par utilisateur actif par mois payé par l’entreprise.

TNW : Quel défi par rapport aux investissements ?

MS : Il est encore un peu tôt pour penser aux investissements. Je vais d’abord suivre un programme de mentoring et d’accélération à San Francisco.

TNW : Comment différenciez-vous par rapport à la concurrence?

MS :  Nous créerons une application mobile et l’algorithme est adaptable à l’entreprise.

Nous commençons avec les déjeuners mais ce n’est qu’une première étape. Nous voulons faciliter la manière de connecter et rencontrer des gens à l’intérieur d’une entreprise en facilitant l’échange de connaissances dans l’entreprise par une émulation créatrice entre les collaborateurs.

TNW : Pourquoi avez-vous participé à Startupbootcamp à Paris? Et pourquoi avez-vous gagné ?

MS : J’aime bien l’équipe de Startupbootcamp et leur énergie.

J’ai gagné parce que j’avais envie et que mon  pitch a plu… C’est mon mentor qui m’a parlé de Startupbootcamp pour la première fois, comme j’aime les challenge, je me suis lançée.. je n’avais rien à perdre, au mieux je gagnais, au pire je m’amusais….

TNW : Quels sont vos conseils pour les femmes qui souhaitent créer leur entreprise ?

MS : Il faut se lancer. On a autant de chances que les hommes. En ce moment il y a encore très peu de filles mais il faut changer cela! Le changement c’est un état d’esprit. La compétence n’est pas liée à la couleur de la peau, à la nationalité, au sexe…. une fois que l’on a compris cela, tout les a-priori sautent.

TNW: Voulez-vous ajouter quelque chose?

MS: Je souhaite bon courage et beaucoup de persévérances à tous ceux et celles qui souhaitent créer leur société. Ce n’est pas toujours une promenade de santé mais quelle satisfaction de pouvoir avancer.