Les chefs d’entreprise se montrent optimistes pour l’année 2015

Posted on Posted in Etudes

coins-293860_640L’AFIC, Association Française des Investisseurs pour la Croissance, et le Boston Consulting Group, ont publié les résultats de leur premier baromètre trimestriel de conjoncture, réalisé par l’IFOP, qui sonde le moral des chefs d’entreprise, accompagnés par les acteurs français du capital-investissement. Principal enseignement : 80% d’entre eux anticipent un chiffre d’affaires stable ou en progression au cours des 12 prochains mois (25% envisagent même une croissance supérieure à 6%).

Les chefs d’entreprise se montrent optimistes pour l’année 2015, plus d’ailleurs que pour leur fin d’année 2014. Un optimisme largement supérieur à celui mesuré dans les enquêtes disponibles sur les dirigeants de TPE, PME, ETI non accompagnées par le capital-investissement*.

Des chefs d’entreprise qui prévoient d’investir et se projettent dans l’avenir

Selon les projections faites par les dirigeants d’entreprise interrogés, quatre leviers devraient contribuer à l’amélioration de l’activité en 2015, qui sont le signe d’entreprises dynamiques qui préparent les étapes futures de leur développement :

  • L’exportation : plus de la moitié des répondants (52%) attendent une progression de leur chiffre d’affaires à l’export. Et près de 4 entreprises sur 10 anticipent même une hausse supérieure ou égale à 10%.
  • Les investissements : 74% des entreprises sondées pensent augmenter ou au moins maintenir leur niveau d’investissement en 2015. Une très bonne nouvelle alors qu’elles bénéficient déjà de hauts niveaux d’injection de fonds propres apportés par les investisseurs en capital qui les accompagnent.
  • La croissance externe : 46% de ces entreprises envisagent de réaliser des opérations de croissance externe.
  • La R&D : 85% prévoient une stabilité (55%) ou une hausse (30%) des investissements en recherche et développement.

Des entreprises qui devraient maintenir voire accroître leurs effectifs

73% des entreprises anticipent de maintenir ou d’augmenter leurs effectifs au cours de l’année, alors que seulement 27% restent pessimistes et pensent que leurs effectifs diminueront. Les entreprises accompagnées par les acteurs français du capital-investissement ont créé 253.000 emplois nets entre 2010 et 2013, quand le secteur marchand français en perdait 60.000**.

« Alors que les prévisions de croissance économique restent moroses, il est très rassurant de constater que les entreprises financées et accompagnées par le capital-investissement français témoignent de leur confiance pour 2015 et anticipent de continuer de croître en particulier à l’export. Il est également intéressant de noter que 94% des entreprises ayant ouvert leur capital perçoivent la présence d’un fonds d’investissement comme un accélérateur de croissance et de changement. Ce rôle crucial mené auprès de plus de 5.000 entreprises se traduit année après année par des créations nettes d’emplois. », explique Michel Chabanel, Président de l’AFIC.

Le coût du travail et l’environnement juridique et règlementaire, principaux freins à l’emploi

Interrogés sur leurs principales préoccupations et sur les moyens d’améliorer l’emploi en France, les dirigeants citent comme obstacle principal le coût du travail et l’environnement juridique et réglementaire, avant toute autre considération, et notamment avant même l’évolution de leur carnet de commande.

Une perception positive du capital-investissement

Enfin, les entrepreneurs qualifient très favorablement le rôle du capital-investissement comme un support pour renforcer les investissements, accélérer leur croissance, et les accompagner dans leurs projets de changement.

 « Les dirigeants d’entreprise accompagnés par les membres de l’AFIC sont une avant-garde de l’économie française et c’est une excellente nouvelle dans le contexte actuel de constater leur optimisme. Quoi qu’il en soit, pour se développer de manière pérenne, les entreprises doivent avant tout se doter d’une véritable stratégie de croissance. Les pouvoirs publics ont, par ailleurs, un rôle important à jouer pour créer un environnement propice à cette dynamique positive », conclut Jérôme Hervé, directeur associé senior au Boston Consulting Group.

Méthodologie : 135 dirigeants d’entreprises, membres de l’AFIC, ont été interrogés dans le cadre du sondage IFOP réalisé pour le Boston Consulting Group et l’AFIC. La représentativité de l’échantillon a été assurée par un redressement sur les variables de secteur, région, taille et chiffre d’affaires.

*Baromètre des TPE – Fiducial IFOP – 13/11/14 – Lien vers l’étude : http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=2837
**Observatoire de la performance des PME-ETI – Challenges / Banque Palatine / OpinionWay – Décembre 2014 – Lien vers l’étude : http://www.opinion-way.com/pdf/banque_palatine_-_opinionway_- _observatoire_de_la_performance_des_pme-eti_-_dec._2014.pdf
**Etude AFIC EY du 10/12/14 sur l’impact économique et social du capital-investissement français à fin 2013.