Entretien sur l’entrepreneuriat à l’international avec Yvette Van Loon, Directrice Commerciale de TMF group

Posted on Posted in Interviews

TMF GroupFOTO y est l’un des principaux prestataires internationaux de services destinés à des sociétés qui investissent à l’échelle mondiale pour se développer. TMF se concentre sur la prestation de services administratifs et financiers spécialisés et critiques pour permettre à ses clients d’exploiter leurs structures dans différents lieux géographiques.

Les principaux services de TMF visent à assister ces entreprises dans les domaines des RH, de la paie, de la comptabilité, de la fiscalité, du secrétariat juridique, de la structuration internationale, de l’administration de fonds et du financement structuré – qu’une entreprise souhaite s’implanter à l’international ou qu’elle ait besoin d’assistance pour rationaliser ses opérations.

Yvette Van Loon, Directrice Commerciale chez TMF, nous explique comment entreprendre à l’étranger. Elle nous donne également des conseils pour se développer à l’international ou en France.

TNW : Yvette Van Loon, qui êtes-vous ?

YL : Mon arrivée en France n’était pas du tout planifiée. Je faisais des études de droits à Amsterdam, puis aux Etats-Unis chez Baker & Mackenzie, cabinet d’avocats international. Après mes études, j’ai travaillé dans différentes sociétés. Depuis 2006 je travaille chez TMF, en Belgique d’abord, puis en France. Ce que j’aime dans le travail c’est le commerce et le networking. Faire plaisir aux gens fait partie de mon ADN. J’essaie toujours de trouver une solution pour avancer dans la vie et dans le travail !

TNW : Quel est votre rôle au sein de l’entreprise ? Et quelle est votre spécialité ?

YL : Je suis passionnée par l’amélioration de l’efficacité des processus d’affaires. Je m’applique à bien comprendre le fonctionnement de l’entreprise et à utiliser la technologie pour résoudre les problèmes d’affaires.

En ce qui concerne ma spécialité, j’assiste les entreprises à s’installer et se développer en France et à l’international. Je les assiste dans plusieurs domaines et je les conseille sur les questions de RH, de la paie, de la comptabilité (contrôle des risques), de la fiscalité (réduction de coûts). Pour ce faire, je collabore avec mes collègues de TMF du monde entier pour générer et soumettre des propositions d’externalisation.

TNW : Comment démarrer son business en France ou à l’international ? Quels sont les do’s et don’ts ?

YL : Tout d’abord, il faut s’adapter. Il est important d’embaucher des employés locaux ou des personnes qui connaissent parfaitement la culture locale et les règles en vigueur dans le pays. La France est un pays très administratif ; il existe 5 ou 6 impôts sur le revenu différent par exemple. Pour cette raison, l’installation de son entreprise en France peut prendre plus de temps qu’ailleurs, mais on y parviendra toujours ! Grâce à l’aide des agences spécialisées, la mise en place d’une structure est plus facile. En ce qui concerne les relations d’affaires prenez votre temps pour connaitre votre partenaire professionnel. Les Français sont de bons vivants et ils prennent du temps pour se connaitre et s’apprécier. Enfin, si l’installation de son entreprise prend plus de temps, il faut se dire que cela n’est pas grave car c’est un grand marché. Une fois installé, vous pouvez largement profiter d’un marché à fort potentiel pour votre business.

Ce qu’il ne faut pas faire, c’est de fermer son esprit à la culture locale et d’espérer faire du business comme ailleurs. Il faut comprendre que ce n’est pas plus difficile de faire du business en France qu’ailleurs, mais que cela peut prendre plus de temps et l’accepter. Il peut y avoir des imprévus, comme par exemple la demande de permis pour des immeubles protégés. On peut parfois attendre longtemps un acte administratif pour un permis ou un contrat de construction.

Mon rôle est de préparer l’arrivée et l’implantation de l’entreprise, puis je les accompagne sur le long terme. Toutes les entreprises, à petites ou grandes structures, qui arrivent en France ou veulent s’installer ailleurs dans le monde ont besoin d’être accompagnées. Aujourd’hui, la France est le 2eme pays européen où TMF accompagne les sociétés américaines à s’installer ; l’Allemagne est le 1er pays. Les sociétés asiatiques arrivent doucement.

TNW : Pourquoi avez-vous créé le Club d’Affaires Paris – Amsterdam ? Et quelle est sa mission ?

YL : L’idée est venue de la Chambre de Commerce Hollandaise qui m’a demandée de créer le Club d’Affaires Paris Amsterdam (CAPA). C’est une initiative de sociétés française et néerlandaise qui veulent développer, dynamiser et renforcer les relations d’affaires entre la France et les Pays-Bas. Le club est pour moi un lien entre Amsterdam et Paris. Nous organisons plusieurs évènements et rencontres par an où nous invitons des speakers venant de sociétés comme Tom Tom ou Heineken. Le financemnt de ce club d’affaire est assuré par les membres inscrits et les sponsors, actuellement au nombre de 20.

 TNW : Quels sont vos conseils pour les femmes qui souhaitent créer leur entreprise ?

YL : C’est de ne pas avoir peur des démarches administratives et d’avoir confiance en soi-même. Utilisez vos charmes féminins, les hommes adorent nous aider, surtout en France ! Et, surtout, restez vous-même.